Changer de chaudière

Changer de chaudière : les essentiels

Bien qu’entretenue, une chaudière vieillissante ne peut plus fournir le rendement souhaité. Ce rendement diminue chaque année et les résultats du contrôle technique obligatoire peuvent le prouver. Si le contrôle dévoile un rendement en dessous des 75 %, un changement de chaudière est à envisager.

Changer de chaudière pour le confort et l’économie

La durée d’utilisation efficiente d’une chaudière est de 15 à 20 ans, période à partir de laquelle il faut alors penser à en changer. Avec une isolation thermique performante dans l’habitat, une nouvelle chaudière permet non seulement de respecter les réglementations en vigueur, mais surtout de bénéficier d’un confort et d’une économie financière conséquente. Changer une chaudière est évidemment un assez gros investissement qui se prépare et il ne faut pas attendre la grosse panne pour y penser. Vous pouvez par exemple aller sur ce site pour faire réaliser des devis et trouver de bons professionnels en la matière.

Quelle chaudière choisir ?

Il existe à l’heure actuelle 3 principaux types de chaudière : à condensation, à haut rendement à basse température et la chaudière à bois. Chaque type a ses avantages et ses inconvénients, mais tout dépend surtout des besoins des consommateurs et de leur situation. Pour bien choisir entre ces différents types, le mieux est de faire appel à un professionnel pour recevoir de bons conseils, notamment techniques. Il faut savoir par exemple qu’une chaudière basse température nécessite une parfaite isolation thermique pour qu’elle soit performante. En ce qui concerne la chaudière à bois, elle nécessite de la place rien que pour stocker les combustibles.

Quel combustible pour une chaudière ?

Une chaudière peut être alimentée au gaz, au fioul, à l’électricité, au bois et aux énergies renouvelables (solaires ou géothermie). En effet, tout repose sur le prix du combustible à utiliser. Bien que le gaz et le fioul soient les principaux combustibles utilisés actuellement, leur prix respectif n’a cessé d’augmenter. Quant à l’électricité, c’est le combustible le plus coûteux bien qu’il soit la source d’énergie la plus accessible. De plus, un chauffage à l’électricité exige une isolation thermique très performante. Le bois serait actuellement le combustible le plus économique si l’on possède un espace assez grand pour le stockage.

Les primes, les subventions et les aides financières

Plusieurs dispositifs ont été mis en place pour faciliter l’accès à un chauffage plus performant, plus économique et écologique. Il existe par exemple un crédit d’impôt avec des taux différents selon la chaudière choisie et les travaux y afférents. Ces aides varient de 10 à plus de 25 % du prix d’achat d’une chaudière. Les primes énergie sont octroyées par les fournisseurs d’énergie, notamment au gaz et au fioul. C’est une collaboration entre l’État et ces fournisseurs. Enfin, des subventions peuvent être accordées sous condition par l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH). C’est une forme d’aide qui peut être complétée par l’État et les collectivités locales.

Laissez un commentaire

  • Pas de commentaires